Projet TiFre’m : une volontaire sensibilise les jeunes au handicap

Envoyée par la Délégation Catholique pour la Coopération depuis septembre dernier, Albane travaille dans une école à Croix-Des-Bouquets, près de Port-Au-Prince. Sa mission est très variée et s’enrichit, au fil du temps, de nouveaux projets.

« Tout d’abord, je suis professeur de français pour les primaires et les lycéens. Je donne aussi des cours d’alphabétisation pour les adultes. C’est une belle expérience et je suis ravie car je travaille avec trois publics différents : enfants, ados et adultes. »

Albane est aussi responsable d’un projet appelé TiFre’m (« mon petit frère » en créole) qui consiste à mettre en place des parrainages entre les lycéens et les enfants handicapés de l’école primaire. « Ce projet, mis en place l’année précédente, est un réel succès dans l’école. » explique-t-elle, « Dans un pays où les handicapés sont laissés pour compte, les « grands » de l’école ont appris à se familiariser avec le handicap, à considérer les personnes handicapés d’une toute autre manière et à tisser de vrais relations avec leur filleul handicapé. » Tout au long de l’année, des activités ludiques et pédagogiques sont organisées pour eux. Les parrains sont suivis grâce à des évaluations écrites et orales sur ce que leur apporte TiFre’m.

JPEG

Cette année, une classe de 40 nouveaux parrains prend la relève. Avec eux, la jeune volontaire travaille à les sensibiliser au handicap par divers moyens : « Par exemple, durant tout le mois de septembre, j’ai préparé avec les anciens parrains de l’année dernière une grande présentation officielle de TiFre’m faite par eux pour les nouveaux parrains. Cela les place ainsi en ambassadeurs du projet : qui peut mieux qu’eux, qui l’ont vécu pendant un an, en parler ? »

Albane a également sollicité une entreprise française spécialisée dans la formation et la sensibilisation au handicap par le jeu : Keski Jeunesse et leur a présenté le projet. Touchés par le projet, ils ont fait parvenir gracieusement plusieurs jeux à l’école qui ont permis de sensibiliser les jeunes à la situation de handicap.

JPEG

Enfin, l’UNICEF, en partenariat avec différentes ONG, a organisé un concours international pour des lycéens consistant à présenter un projet répondant à une problématique mondiale, comme la pauvreté, la faim, le racisme etc. Quatre lycéens de l’école ont entrepris de relever le défi et ont sollicité Albane pour les aider à structurer et construire leur projet. « Nous avons traité de l’agriculture, plus précisément de l’agroécologie, pour pallier la faim en Haïti, en particulier dans notre zone à Croix-Des-Bouquets, grâce à la mise en place de jardins familiaux. » explique-t-elle. Leur groupe a fait partie des 20 groupes sélectionnés pour aller présenter ce projet au Chili devant un jury en novembre dernier. Albane est ravie de cette réussite : « C’était une magnifique opportunité pour eux qui ne sont jamais sortis de leur pays et qui sont parfois pessimistes sur leurs capacités et leur avenir ! On était tellement fiers d’eux. Au Chili, ils ont parachevé leur succès en finissant dans les trois premiers groupes et en remportant la somme d’argent nécessaire pour réaliser ce projet. ».

Pour en savoir plus : http://www.concausa2030.com/

publié le 31/03/2017

haut de la page