Audrey Azoulay, candidate a la direction générale de l’UNESCO

Mme Azoulay plaide pour qu’au sein des Nations unies, l’UNESCO retrouve une place centrale et redevienne le forum intellectuel et d’expertise de référence, ouvert sur le monde et les jeunes générations.

JPEG

Audrey Azoulay plaide pour qu’au sein des Nations unies, l’UNESCO retrouve une place centrale et redevienne le forum intellectuel et d’expertise de référence, ouvert sur le monde et les jeunes générations. Changement climatique, extrémisme violent, urbanisation rapide, déplacement de populations, repli identitaire – aucun des grands défis du monde actuel ne peut être résolu par un pays seul et aucun ne peut l’être sans le recours à la culture, l’éducation et les sciences.

Dans le cadre d’une gouvernance multilatérale responsable, Audrey Azoulay veut redonner à l’UNESCO la place qu’elle mérite afin de défendre plus fortement encore les valeurs universelles et les missions portées par l’Organisation.

Par ailleurs, deux défis cruciaux seront à relever : retrouver la confiance de l’ensemble des États-membres et affronter des enjeux de modernisation en travaillant par exemple à la diversification des sources de financements de l’Organisation.

Le ou la Directeur.trice général.e est proposé.e par le Conseil exécutif de l’UNESCO et nommé.e par la Conférence générale pour une période de quatre ans. Il ou elle sera désigné.e à l’automne par le Conseil exécutif lors d’un scrutin organisé pendant la 202e session du Conseil, les 9 et 10 octobre 2017. La Conférence générale examinera cette proposition et élira la personne proposée par le Conseil exécutif.

JPEG

publié le 26/10/2017

haut de la page