Jean-Pierre Thibaudat en Haïti pour parler théatre

Le journaliste et écrivain français Jean-Pierre Thibaudat est l’invité du festival de théatre Quatre Chemins de Port-au-Prince.

JPEG - 307.9 ko
Jean-Pierre Thibaudat
Samuel Suffren

Biographie

Jean-Pierre Thibaudat a dirigé la rubrique théâtre de Libération entre 1978 et 1996 puis il a été journaliste culture, correspondant à Moscou, grand reporter entre 1996 et 2006. D’avril 2006 à avril 2016 il a été conseiller artistique du festival Passages. Entre 2007 et 2015, il tient un blog « théâtre et balagan » sur le site Rue89 et depuis cette date il tient un blog « Balagan » sur Mediapart. Il est également l’auteur de différents ouvrages sur le théâtre. Dernière parution importante : « Le festival mondial du théâtre de Nancy : une utopie théâtrale (1963-1983) » (publiée aux Editions Les Solitaires Intempestifs), sur le festival créé par Jack Lang qui eut une importance considérable (on y découvrit le Bread and Puppet Theatre, Robert Wilson, Tadeusz Kantor, Pina Bausch et bien d’autres) et où, une année, vinrent des poètes et peintres haïtiens.

Ses interventions durant le Festival 4 Chemins (date du festival : 25 novembre au 7 décembre - Tous les hommes sont fous / Tout moun fou) :

  • Conférence - Mardi 26 Novembre, 5h PM | IFH
    De la Sierra Tarahumara à Ivry-sur-Seine, la folle quête d’Antonin Artaud
JPEG - 714.9 ko
Institut français en Haiti - IFH
Samuel Suffren
  • Ateliers - Du vendredi 22 au samedi 29 Novembre de 9hAM à 12hPM | IFH

La critique théâtrale : les mots de l’émotion

« La critique d’un spectacle est souvent ce qui reste de plus tangible quand le spectacle, achevé, s’éloigne dans le temps. C’était agrant autrefois quand il n’y avait pas encore de « captation » audiovisuelle, cela reste vrai car les cap- tations ne sont que des traces auxquelles manquent la force et la présence du vécu, celui du moment de la représentation.

Le théâtre est un art vivant parce qu’il met en présence des vivants face à des vivants. C’est un moment de rencontre, entre des êtres, des corps. Et c’est de cette rencontre dont la critique doit rendre compte. Critique qui est celle d’un spectacle fait de ses multiples composantes (jeu, parole mouvement, son, musique, lumières, décor, scénographie, vidéo, projections, etc) parmi lesquelles le texte n’est pas forcément premier. Critique qui est celle du moment de la représentation à laquelle on assiste, unique.

Partout dans le monde, la critique s’est fortement développée via les réseaux sociaux, et le nombre de blogs traitant du théâtre est innombrable. C’est une bonne nouvelle. Mais il faut le reconnaître, la plupart de ces blogs sont d’une faible exigence. Nombreux sont ceux qui s’épuisent vite et s’interrompent faut de ténacité et de méthode, d’autres perdurent et certains sont passion- nants, mais la plupart ne vont pas au-delà du bavardage. Ils oublient que la critique théâtrale est d’abord un art littéraire puisqu’elle fait usage des mots (papier ou écran, ou même chronique audiovisuelle, même combat) et ne fait que ça pour rendre compte d’un art composite. Par ailleurs, il existe d’autres registres complémentaire à celui de la critique théâtrale, comme celui de l’analyse des spectacles ou de l’étude d’une pièce, d’un auteur qui relèvent d’une approche universitaire.

La critique théâtrale est complexe puisque l’interlocuteur -le spectacle- est multiple. Comment faire ? Comment étayer d’argumentations un sentiment di us, une rage, un enthousiasme, une émotion aiguë ? Comment construire une critique qui rende compte d’un spectacle, forcément subjectivement, en dépassant le jugement oral hâtif que l’on peut avoir en sortant d’une salle de spectacle, en évitant de faire le fastidieux inventaire des composantes du spectacle, en ayant, au contraire, l’ambition de viser une sorte de poétique de la critique ? C’est cela qui sera articulé, discuté et pratiqué au l des jours et des spectacles lors cet atelier critique à Port-au-Prince dans le cadre du Festival 4 Chemins. » JPT

publié le 27/11/2019

haut de la page