AFD : Signature des conventions PAFMIR

Signature des deux conventions de financement pour l’Amélioration de la Formation professionnelle, en particulier en Milieu Rural (PAFMIR) à hauteur de 10,5 M€ grâce à un cofinancement de 7,5 M€ de l’Union européenne et de 3 M€ de l’Agence française de développement (AFD) le 14 juin 2018.

Lancée en 2016, l’instruction du projet a été conduite conjointement avec les autorités haïtiennes en particulier l’Institut national de formation professionnelle (INFP) et le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR), afin de concevoir un ensemble d’actions tout à la fois ambitieuses mais réalistes dans leurs dimensions et dans le temps imparti pour leur mise en œuvre.

JPEG

Pour rappel, le projet s’inscrit au cœur des priorités de la présidence haïtienne et répond à quatre enjeux majeurs pour le pays :

  • un enjeu de croissance économique et de développement concerté des territoires, en favorisant une transition réussie entre formation et emploi, notamment dans le secteur agricole,
  • une demande sociale forte de la société haïtienne d’accès à une formation professionnelle de qualité, permettant une insertion professionnelle et sociale réussie des jeunes et en particulier des femmes,
  • un enjeu de pérennité, en posant les bases d’un dispositif de financement du secteur,
  • un enjeu de légitimité de l’action de l’Etat haïtien, en s’appuyant sur les acteurs de l’Etat pour sa mise en œuvre, qui devra s’appuyer sur des partenaires clés, notamment le secteur privé.

Concrètement, le projet PAFMIR vise trois leviers déterminants pour la réussite des réformes de la formation professionnelle en Haïti :

  • la montée en gamme de l’offre de formation de six centres déjà existants en milieu rural,
  • l’accompagnement des réflexions sur les conditions d’un dispositif pérenne de financement,
  • le renforcement des capacités de pilotage et de mise en œuvre des réformes par l’Etat.

Pour l’AFD, cet engagement est une déclinaison de l’engagement de haut niveau pour une coopération renforcée en éducation qui avait été décidée lors de la visite présidentielle du 12 mai 2015, venant s’ajouter aux 5 millions en faveur de la formation professionnelle signés en 2015 et aux 8 millions en faveur de l’éducation, au 3e cycle fondamental et au secondaire (projet NECTAR).

publié le 17/07/2018

haut de la page