Vers une relance de l’agriculture dans le Sud après Matthew

L’ouragan Matthew, qui a dévasté le sud d’Haïti en octobre dernier, a également anéanti les récoltes dans les endroits les plus touchés. L’une des conséquences ? Une population menacée par la malnutrition. Après l’urgence, l’aide s’oriente désormais vers une relance durable de l’agriculture à laquelle vont contribuer l’AFD et l’Union européenne grâce à un programme de sécurité alimentaire.

Destructions, inondations et énormes pertes dans le secteur agricole

Le 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew, de force 4 sur une échelle de 5, a frappé la côte sud d’Haïti un mois avant le début de la campagne agricole d’hiver.

Au total, ce sont plus de 2 millions de personnes qui ont été affectées par le cyclone, en particulier les agriculteurs qui ont vu les fortes pluies et les vents violents arracher les récoltes, emporter les animaux ou les toits de leurs maison. Dans certaines zones où les rafales ont été les plus fortes, tous les arbres sont à terre.

La campagne agricole hivernale : une priorité

Dans les zones rurales, près de 70 % de la population est chroniquement pauvre (PDNA, 2017).Or, les récoltes génèrent des revenus et nourrissent l’ensemble d’une famille agricole. L’une des priorités post-cyclone est donc de contribuer au succès de la campagne agricole d’hiver afin d’améliorer les conditions des populations affectées par la catastrophe.

Le programme SECAL (16,2 millions d’euros) appuyait déjà les producteurs du Sud en soutenant les filières maïs, haricot et la réhabilitation des systèmes d’irrigation. Le ministère de l’Agriculture haïtien a rapidement su, en collaboration avec l’AFD et l’Union européenne, réorienter les actions de ce programme afin de répondre aux besoins urgents des agriculteurs.

2000 producteurs soutenus jusqu’en mai 2019

Dès novembre, les semences locales de haricot, le labour et les intrants ont été subventionnés et le curage des canaux assuré par l’emploi des associations d’irrigants. Ces actions ont à la fois contribué à soutenir le relèvement des populations et permis d’assurer le bon fonctionnement des canaux d’irrigation pour la campagne d’hiver.

Après la première phase « d’urgence », l’année 2017 marque le début d’une relance du secteur agricole dans le sud. Le programme SECAL, grâce à des appuis complémentaires de l’AFD (1 million d’euros) et de la délégation de l’Union européenne (4 millions d’euros), prévoit d’intervenir sur différents secteurs clés dans le département du Sud jusqu’en mai 2019.

Ces fonds permettront non seulement de poursuivre l’appui sur deux campagnes agricoles auprès de 2000 producteurs mais également d’investir dans la transformation locale du maïs et de distribuer des petits ruminants (ovins, caprins, porcins) auprès des ménages les plus touchés.

En parallèle, des aménagements seront réalisés pour assurer la protection des canaux face à l’érosion des berges, qui permettront par le même temps d’employer de la main d’œuvre locale. Enfin, les associations d’irrigants continueront d’être renforcées, prérequis à la gestion autonome paysanne des systèmes d’irrigation.

Canal d'Avezac avant l'ouragan Matthew
Canal d'Avezac dix jours après l'ouragan Matthew
Canal d'Avezac un mois après l'ouragan Matthew
Jeunes plants de haricots
Agriculteurs préparant la campagne agricole

publié le 17/04/2017

haut de la page