Visite en Haïti du Directeur général adjoint de l’AFD

Lors de son déplacement, M. Philippe Bauduin a procédé à la signature de deux nouveaux accords : l’un concrétise le financement conjoint par l’UE et l’AFD d’un projet d’amélioration de la formation professionnelle en milieu rural à hauteur de 11 M€ ; l’autre concerne le financement par l’AFD d’un projet de 8M€ en appui au 3e cycle de l’école fondamentale et au secondaire pour une éducation citoyenne et tournée vers l’avenir.

Projet PAFMIR

Le Directeur Général adjoint de l’Agence Française de Développement (AFD), M. Philippe Bauduin, l’Ambassadeur de l’Union européenne, M. Vincent Degert, la Directrice Générale de l’Institut National de Formation Professionnelle (INFP), Mme Maguy Durce, et le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), Monsieur Pierre Josué Agénor Cadet, ont signé aujourd’hui un accord qui concrétise le financement du Projet d’Amélioration de la Formation professionnelle, en particulier en Milieu Rural (PAFMIR) à hauteur de 11 M€ grâce à un cofinancement de 8M€ de l’Union européenne et de 3M€ de l’AFD.

Lancé en 2016, l’instruction du projet a été conduite conjointement avec les autorités haïtiennes en particulier l’INFP et le MARNDR, afin de concevoir un ensemble d’actions tout à la fois ambitieuses mais réalistes dans leurs dimensions et dans le temps imparti pour leur mise en œuvre.

Le projet s’inscrit au cœur des priorités de la nouvelle présidence haïtienne et répond à quatre enjeux majeurs pour le pays :

  • un enjeu de croissance économique et de développement concerté des territoires, en favorisant une transition réussie entre formation et emploi, notamment dans le secteur agricole,
  • une demande sociale forte de la société haïtienne d’accès à une formation professionnelle de qualité, permettant une insertion professionnelle et sociale réussie des jeunes et en particulier des femmes,
  • un enjeu de pérennité, en posant les bases d’un dispositif de financement du secteur,
  • un enjeu de légitimité de l’action de l’Etat haïtien, en s’appuyant sur les acteurs de l’Etat pour sa mise en œuvre, qui devra s’appuyer sur des partenaires clés, notamment le secteur privé.

« Par ce nouvel engagement, conjoint avec notre partenaire européen, nous renforçons notre volonté de coordonner et mutualiser nos appuis aux politiques publiques, entre partenaires techniques et financiers, a déclaré M. Bauduin. En plaçant l’Etat haïtien en pleine responsabilité du pilotage de la mise en œuvre, ce projet est un défi pour les autorités haïtiennes autant qu’une opportunité de remplir un service public essentiel : la formation professionnelle pour le développement socio-économique du pays. »

Concrètement, le projet PAFMIR vise trois leviers déterminants pour la réussite des réformes de la formation professionnelle en Haïti :

  • la montée en gamme de l’offre de formation de six centres déjà existants en milieu rural,
  • l’accompagnement des réflexions sur les conditions d’un dispositif pérenne de financement,
  • le renforcement des capacités de pilotage et de mise en œuvre des réformes par l’Etat.

Projet NECTAR

M. Philippe Bauduin a, par ailleurs, procédé le même jour, avec le Ministre de l’Economie et des Finances (MEF), M. Jude Alix Patrick Salomon, à la signature d’un accord de financement d’un projet de 8 millions d’euros pour une éducation citoyenne et tournée vers l’avenir, en présence de Mme l’Ambassadeur et d’un haut représentant du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), M. Jackson Pleteau.

Fruit d’un travail conjoint entre l’AFD et le MENFP, ce projet se concentre sur l’amélioration de la qualité de l’éducation au niveau du 3e cycle et du secondaire. Afin d’aider à tirer le meilleur de la jeunesse du pays, il a été élaboré dans la droite ligne de la réforme Bernard, qui constitue l’épine dorsale de la politique du MENFP depuis plusieurs décennies. Ce projet vise à concrétiser une école fondamentale de neuf années obligatoires qui soit bien articulée au cycle secondaire ainsi qu’aux autres débouchés offerts aux élèves.

Le projet poursuit ainsi plusieurs objectifs :

  • faire du 3e cycle fondamental un véritable cycle terminal diversifié, conduisant à la vie active, la formation professionnelle ou la poursuite d’études ;
  • poursuivre la généralisation du nouveau secondaire par l’élaboration des outils et la formation des personnels d’enseignement et de directions ;
  • renforcer les capacités du MENFP pour le pilotage des réformes et la bonne gestion technique et financière du projet.

Confié au MENFP, le pilotage des différentes activités du projet NECTAR sera aligné sur les différentes structures du ministère, centrales comme déconcentrées. Sa mise en œuvre supposera également le développement de partenariats essentiels, avec les établissements scolaires ainsi que les universités.

Selon le Directeur Général de l’AFD, Monsieur Philippe Bauduin, « l’AFD s’inscrit résolument dans la poursuite de la politique publique haïtienne. Le MENFP a souhaité que la valeur ajoutée de cet appui financier se concentre sur une partie du système éducatif peu appuyée par d’autres partenaires : celle qui se situe à l’étape charnière pour la jeunesse du pays, entre insertion dans la vie active, formation professionnelle et poursuites d’études secondaire. »

Le MENFP a bénéficié, dans l’instruction de ce projet, de l’appui de son homologue français à travers le Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP) qui l’avait accompagné dans l’identification des besoins et le choix des actions prioritaires à mettre en œuvre pour faire avancer les réformes du système éducatif haïtien.

Pour l’AFD, les projets PAFMIR et NECTAR sont une déclinaison supplémentaire de l’engagement de haut niveau pour une coopération renforcée en éducation qui avait été décidée lors de la visite présidentielle du 12 mai 2015. Ces deux projets viennent notamment s’ajouter aux 5 millions en faveur de la formation professionnelle signés en 2015.

publié le 15/07/2017

haut de la page