Zoom sur deux missions de volontaires français dans la Grand’Anse

Le 27 mars, le chef du Service de coopération et d’action culturelle M. Laurent Bonneau accompagné du délégué général des Alliances françaises, M. Eric Compan et du représentant national de France Volontaires, M. Mamadou Ndour Camara, a rendu visite à deux jeunes Volontaires de Solidarité Internationale (VSI) en mission dans la Grand’Anse.

La délégation a d’abord rencontré Marie Bodin, mobilisée par France Volontaires pour l’association Haïti Futur, partenaire de la Fondation Paradis des Indiens, en charge de la formation des enseignants au tableau numérique. Elle est également chargée du suivi et de l’accompagnement des enseignements de la fondation. Malgré les difficultés d’accès aux établissements de la zone, elle se rend régulièrement dans les écoles souvent isolées pour accompagner les enseignants. Guidés par Marie, les visiteurs ont pu découvrir les locaux et les ateliers de la Fondation Paradis des Indiens qui, en plus de l’enseignement scolaire, propose différentes activités pluridisciplinaires. Une bibliothèque, un atelier de menuiserie et un atelier de couture sont mis à disposition pour les écoles et les structures de formation de la zone. L’objectif est de proposer un lieu d’apprentissage aménagé pour ces domaines d’activités.

JPEG

Elle a ensuite visité Lucile Wallez, coordinatrice départementale de Solidarité Laïque à Jérémie qui travaille sur la réhabilitation et la reconstruction de 26 écoles détruites par l’Ouragan Matthew d’octobre 2016. C’est dans le cadre du projet « Timoun Retounen Lekol » qu’elle intervient dans le département de la Grand’Anse. Deux écoles qui sont fonctionnelles aujourd’hui, ont été présentées lors de la rencontre. Toiture, électricité, cuisine ainsi que d’autres travaux prioritaires ont été réalisés dans le but d’accueillir les enfants dans de meilleures conditions de travail. Pour mieux comprendre le contexte de sa mission, Lucile a évoqué la difficulté d’accès à certaines structures qui peuvent être des contraintes dans la coordination des travaux. « Parfois, après un trajet d’une heure de sentiers non aménagés, il faut laisser la voiture et marcher une heure de plus pour atteindre l’école. ». Des missions riches, pleines de surprises qui parfois ne sont pas de tout repos.

JPEG

Une cinquantaine de volontaires sont présents en Haïti et engagés dans des missions passionnantes qui contribuent à l’intérêt général.

En savoir plus sur les actualités des volontaires français en Haïti : http://www.reseau-espaces-volontariats.org/Haiti

publié le 30/04/2019

haut de la page